Mon panier
Aucun article
» » Le style Empire (1804-1815)

Le style Empire (1804-1815)

Bulletin des Arts Décoratifs

Octobre 2013

 

N°5

Le style Empire se développe sous l’impulsion de l’empereur Napoléon Ier (1769-1821), qui règne de 1804 à 1815. On trouve les premiers balbutiements du style Empire dès le Directoire (1795-1799), mais il progresse au retour de la campagne d’Egypte, notamment avec le Consulat (1799-1804).

 

Pendule de cheminée en bronze doré La fidélité, 1800

 

 

Le style Empire se veut un style de propagande. Conçu pour exprimer le pouvoir de la majesté impériale, il est destiné à servir à l’épopée napoléonienne qui ne peut trouver d’équivalent historique que dans les conquêtes d’Alexandre le Grand ou César.

 

C’est pourquoi  son inspiration néglige volontairement la tradition de l’ébénisterie française depuis la Régence, et recherche  ce que l’art antique a produit de plus monumental : la Rome d’Auguste, l’Egypte des pharaons ou la Macédoine d’Alexandre le Grand sont seules susceptibles de servir de référence au pouvoir impérial.

 

Sous l’impulsion de Charles Percier (1764-1838) et Pierre-François Fontaine (1762-1853), architectes et ornemanistes de Napoléon Ier formés à Rome au goût des antiquités classiques, les ébénistes, notamment les deux fils de George Jacob, imposent un style officiel, établi pour valoriser les fastes de l’Empire.

 

 

Les meubles

 

Soumis à l’art gréco-romain, le style Empire, dépouillé, noble et massif, a une dignité qui sert admirablement la majesté de Napoléon.

 

Les meubles dans leur ensemble sont lourds, massifs et imposants. Ils sont de formes géométriques, équilibrées, aux bâtis rectilignes et angles vifs, traités le plus souvent en acajou massif ou plaqués d’acajou. Lorsque, à partir de 1810, l’acajou cesse d’arriver en France, Napoléon recommande aux ébénistes d’utiliser les bois indigènes : noyer, orme, frêne, hêtre doré ou parfois teintés « façon acajou ». L’application de ces bois sombres d’ornements en bronze doré leur donne encore plus d’éclat. Les meubles se chargent alors d’ornements symboliques qui répondent aux goûts classiques de l’empereur.

 

Le lit en bateau, le bureau ministre, le guéridon tripode, l’armoire à glace deviennent des pièces de mobilier courantes. Consoles, bibliothèques hautes et étroites, hauts miroirs « psychés », sièges massifs aux pieds raides se terminant en griffes ou construits en « sabre » les rejoignent dans les appartements.

 

    Paire de candélabres à cariatides, époque Empire                                                           Paire de candélabre à décor de Renommées et paons

 

 

Lit bateau en placage d'acajou d'époque Empire

 

 

Le décor et les ornements

 

Tout le mobilier est agrémenté de motifs de bronzes dorés, mats, brunis et très finement ciselés, en application généralement simplifiée. Strictement décoratifs, ils sont repartis symétriquement sur les surfaces planes, dont ils animent les masses sobres.

 

Les motifs plats sont remarquables tant la ciselure est fine et nerveuse, et le modèle précis.

 

 

 

Meuble miroir psyché, époque Empire. Détail avec attelage antique

 

 

Les motifs favoris sont la palmette stylisée, le scarabée et les cariatides en gaine d’inspiration égyptienne, les feuilles de chêne, de laurier ou de lierre, parfois disposées en couronne, le sphinx et les sphinges, les cygnes, les dauphins, les lions ailés, les aigles, les abeilles, les lyres, les trophées et les étoiles. Les décors guerriers de la Rome républicaine, les victoires ailées, les Renommées et les attelages antiques sont, eux aussi, largement exploités.

 

Les couleurs prédominants sont le jaune d’or, le vert, le cramoisi, le violet et le pourpre.

 

A la fois simple et majestueux, solide et théâtral, le style Empire apparaît comme essentiellement nouveau. Il a renié toutes les frivolités de l’Ancien Régime, tout ce qui pouvait évoquer l’héritage des Bourbons.

 

                Pendule Empire avec putto dans un

                         char antique et cygnes

             Paire de bougeoirs Empire ornés

            d'allégories de la Victoire

 

 

Ses lignes amples et sèches, son ornementation inspirée des grandes civilisations disparues, son exceptionnelle qualité de fabrication en font le témoin d’une époque glorieuse, où l’on cherche à surpasser le triomphe des héros légendaires.