Mon panier
Aucun article
» » Le style Louis-Philippe (1830-1848)

Le style Louis-Philippe (1830-1848)

Bulletin des Arts Décoratifs

Octobre 2013

 

7

Débuté à la fin de la Restauration (1830), le règne de Louis-Philippe se poursuit jusqu’à la Révolution de 1848quand les révoltes parisiennes le font abdiquer et prendre le chemin de l’exil. Le nouveau souverain ne cherche pas à promouvoir une esthétique de cour et les artisans forgent un style adapté à la nouvelle classe sociale montante, la bourgeoisie.

 

 

Table bureau de style Louis-Philippe

 

Le mobilier Louis-Philippe évoque un confort bourgeois où se mélangent toutes les influences qui ont émergé depuis la Restauration : le goût néogothique, la néo-Renaissance, et le style Louis XV. Mais malgré tout, ce style trouve une certaine unité dans des ensembles de meubles soigneusement fabriqués, solides, confortables et fonctionnels.

 

Le style Louis-Philippe est connu comme un style sobre et robuste. Alors que le style Charles X est fait de droites, d’arêtes et de pans coupés, les meubles Louis-Philippe, simples et robustes, ont un profil aux angles arrondis. De fabrication industrielle, les meubles sont assemblés en petite série et distribués par de grands magasins spécialisés.

 

 

Les meubles

 

Le style Louis-Philippe est dans le prolongement du style Restauration dont il conserve la structure sans en garder l’élégance raffinée. Les formes s’alourdissent, l’ornementation se stéréotype, l’inspiration puisse ses thèmes dans le Moyen Age puis dans la Renaissance vers la fin du règne. Le goût des pastiches annonce le Second Empire (1852-1870).

 

 

 

Table Louis-Philippe à six pieds sur roulettes

 

On trouve une ornementation plus recherchée sur certains meubles qui conservent les formes à la mode : des meubles à incrustations de bois clair sur fond foncé, des meubles noircis décorés de bouquets de fleurs naturelles et rehaussés de nacre, enfin, des meubles d’inspiration médiévale.

 

Les bois clairs en faveur sous la Restauration sont abandonnés au profit des tons sombres de l’acajou, du chêne et du noyer.