Mon panier
Aucun article
» » » Bougeoirs chandeliers naturalistes en bronze doré dans le goût d'Auguste Cain
Bougeoirs chandeliers naturalistes en bronze dans le style d'Auguste Cain
Zoom

Bougeoirs chandeliers naturalistes en bronze doré dans le goût d'Auguste Cain

Référence - 1186

Paire de bougeoirs chandeliers en bronze doré à décor mythologique et animalier en haut relief, dans le style d'Auguste Cain (1822-1894). Époque Napoléon III.

1 900€
OBJET DISPONIBLE
Contactez-nous
Ajouter au panier

Frais de Port Offerts

Type d'objet

Matériaux

Taille

Iconographie

Description

Paire de grands chandeliers sur pied en bronze ciselé et doré à trois lumières, surmontés de Dionysos (Bacchus pour les Romains) et d'une Ménade (bacchante chez les Romains).

Dionysos est représenté vêtu de la peau d'un fauve qu'il retient d'une main, et de l'autre la thyrse, son principal attribut. La Ménade en position animée, la robe virevoltant, les mains posées sur sa poitrine nous renvoie aux bacchanales. Liées aux mystères dionysiaques, ces fêtes se tenaient en l'honneur de Dionysos-Bacchus, dieu du vin, de l'ivresse, des débordements et de la nature dans la mythologie gréco-romaine. Le fût de chaque bougeoir chandelier est orné d'un escargot et d'une musaraigne en haut relief. La base circulaire à trois pieds en forme de bouton de fleur surmonté de criquet est ornée de lierre ainsi que de baies. Ces flambeaux naturalistes sont réalisés avec un grand souci du détail.

 

Circa :1860
Dim: L:19cm, P:19cm, H:50cm.


Rapport de condition

En très bon état général, avec légères traces d'usage.


Documentation

A la fin du XIXe siècle, le goût pour le naturalisme avec des sculpteurs comme Antoine-Louis Barye, Auguste Cain ou Pierre-Jules Mène prend place dans les objets de décoration. Auguste Cain (1822-1894) est un sculpteur animalier français, élève de François Rude. Comme Barye auparavant, il étudie l'anatomie animale au jardin des plantes à Paris. Dans les années 1840 il propose des modèles d'orfèvrerie pour les frères Fannière, Rudolfiet et la Maison Christofle. A partir de 1846, Auguste Caïn participe d'une façon assidue au Salon de Paris. Il travaille dans la fonderie de son beau-père, le sculpteur animalier Pierre Jules Mène qui édite en bronze nombre de ses oeuvres. Pendant les années 1840 et 1850, outre la sculpture d'animaux, Cain crée aussi des objets décoratifs à motifs animaliers, comme des gobelets ou des bougeoirs. Ses oeuvres réalistes représentent souvent les animaux dans leur contexte naturel. A partir des années 1860, il reçoit des commandes de l'État pour des œuvres monumentales en bronze. Sculpteur à succès, Cain est surnommé en 1879 « le statuaire des lions et des tigres ».

Retour en haut
Ce site utilise des cookies destinés à optimiser votre expérience sur ce site et à vous proposer des offres correspondant à vos centres d’intérêt. En naviguant sur ce site, vous consentez à l’utilisation de ces cookies.
J’ai compris