Français English Chinois

Antiquités & Arts Décoratifs

» » » Coffret en cristal à parfums et senteurs
Coffret en cristal à parfums et senteurs
Zoom

Coffret en cristal à parfums et senteurs

- 873

coffret en cristal à parfums et senteurs

coffret à parfums et senteurs en cristal taillé et bronze doré, décoré de fleurs et de coquilles. De forme rectangulaire, le coffret repose sur quatre pieds en forme de griffes de lion ailés. Il contient six flacons et deux entonnoirs ciselés.L'essor du cristal français date du XIXème siècle, produit en abondance, grâce aux progrès de la chimie et de la machine, il va, sans cesser d'être un luxe se répandre généreusement.Au XIXème siècle la production du cristal français est entre les mains de quatre cristalleries:La verrerie royale de Saint Louis, fondée en 1767 à Muntzthal fut la première à découvrir, par l'envoi d'observateurs en Angleterre, les secrets de fabrication du cristal. Dès lors Saint-Louis se spécialise dans la gobeleterie de luxe puis s'intéresse au cristal d'opale.On englobe sous l'appellation générale de cristal de Baccarat la production de trois manufactures : Vonèche fondée en 1778 près de Liège, rachetée en 1802 par Aimé-Gabriel d'Artigues, neveu du directeur de Saint-Louis. Lorsque les traités de 1815 enlevèrent Vonèche au territoire français, d'Atrtigues racheta la verrerie de Saint-Anne près de Baccarat. Puis en 1822 la cristallerie de Baccarat absorba la verrerie de Trelon dans le nord qui ne produisait alors que du verre à vitre. L'homme qui donna son essor aux cristaux de Baccarat était un savant, un technicien du verre, en même temps qu'un très bon administrateur : J-B toussaint qui jusqu'à sa mort en 1858 mèna la vie dure à la concurrence française et étrangère.Parmi ces concurrents, la manufacture du Creusot avait bénéficié des encouragements du gouvernement pour trouver le secret des cristaux colorés venus d'Angleterre. La manufacture du Creusot, encore appelée Montcenis, était une résurgence de la manufacture de la Reine fondée à Sèvres en 1783 par Lambert et Boyer. C'est à la suite d'une mauvaise gestion que le gouvernement avait décidé en 1785 le transfert de la manufacture au Creusot. Malgré quelques belles réussite notamment dans les cristaux d'opale jaune et turquoise, le Creusot retomba dans les difficultés financières et en 1832, Baccarat et Saint-Louis s'entendirent pour racheter l'usine et firent éteindre les fours.Deux autres manufactures furent fondées sous la Restauration : Choisy-le-Roi en 1821 et Bercy en 1827. En 1832, une entente commerciale entre Baccarat et Saint-Louis fut élargie aux manufactures de Choisy-le-Roi et Bercy, qui avaient fait leurs preuves par d'excellentes fabrications.
Circa : 1820
Dim: L:12cm, P:8cm, H:9cm.
Bibliographie :J. Bedel, Cristal aux couleurs romantiques... l'Opaline, L'estampille, 1975, n°63, p 23.N. Blondel, Baccarat ou l'histoire du cristal, in L'estampille, 1981, n°134, p 8

Scannez le code pour accéder à cet article sur votre mobile
Exporter en pdf
Hors stock OBJET VENDU

Epoque


Informations
Mon Panier
Aucun article
chqkdo
bouton-recommander-ami
bouton-livredor
Affiliation