Mon panier
Aucun article
» » » Commode de style Transition en marqueterie de bois et bronze doré
Commode de style Transition en marqueterie de bois de rose et palissandre à décor d'entrelacs fleuris, de cubes et de pilastres en trompe-l'oeil, ouvrant à trois tiroirs...
Zoom

Commode de style Transition en marqueterie de bois et bronze doré

Référence - 4511

Commode de style Transition en marqueterie de bois de rose et palissandre à décor d'entrelacs fleuris, de cubes et de pilastres en trompe-l'oeil, ouvrant à trois tiroirs...

4,000€
OBJET DISPONIBLE
Contactez-nous
Ajouter au panier

Matériaux

Description

Commode de style Transition en marqueterie de bois de rose et palissandre à décor d'entrelacs fleuris, de cubes et de pilastres en trompe-l'oeil, ouvrant à trois tiroirs sans traverse, avec poignées de tirage en bronze doré et ciselé en forme de couronnes de laurier, et entrées de serrure surmontées de rubans. Deux garnitures en bronze doré représentant des pilastres soutenant de guirlandes ornent les angles à pans coupés. Elle repose sur quatre pieds en sabot feuillagés. Dessus en marbre brèche d'Alep à double moulure.

 

Au XVIIIe siècle, le goût pour l'Antiquité était largement diffusé par un flot continu de publications, des séries entières consacrées à la Grèce ancienne, à l’Italie, et des études archéologiques. Face à cette popularité, il était inévitable que le style rocaille finisse par succomber. Mais le changement de style ne s’opéra que de manière progressive, que ce soit du point de vue morphologique ou décoratif. Une période de transition d'une décennie fut en effet nécessaire à l’assimilation et au perfectionnement des nouveaux principes. Comme toujours, l’ornement suivit en premier alors que les lignes et la structure restaient tributaires du goût ancien. Quand la transition du Louis XV au Louis XVI se fut achevée, le mobilier était toutefois entré dans l’ère de l’orthogonalité et des courbes circulaires ou elliptiques, ces dernières supplantant les courbes sinueuses du rocaille. Un piétement composé d’éléments fuselés et droits remplaça les pieds galbés Louis XV. En outre, le passage du style Louis XV au style Louis XVI est marqué par la pérennité des extraordinaires qualités techniques développées par les ébénistes parisiens sous le règne de Louis XV. En effet, les mêmes bois étaient utilisés, indigènes ou exotiques ; l’acajou, en particulier, était l’objet d’une véritable ferveur. Les dessus de marbre conservaient leur prestige et étaient spécialement choisis en fonction de leur couleur.

 

Bien que le mobilier du premier Empire diffère de celui caractéristique du Louis XVI, les deux styles sont fondés sur le même principe, à savoir l’imitation de l’Antiquité. Ainsi, empruntés au vocabulaire antique et intégrés au mobilier sont les pilastres, consoles et balustres. L’élément de loin le plus important sont les colonnes, soit détachées, soit plus fréquemment engagées, avec chapiteau, fût tourné et cannelé, situées aux angles des commodes et autres pièces de mobilier.

Les élégants secrétaires et bureaux déjà connus sous le règne de Louis XV sont en faveur. Étant donné que les meubles conçus pour s’intégrer de manière harmonieuse dans un cadre décoratif précis correspondent à une idée qui reste dominante sous le règne de Louis XVI, des pièces comme des commodes, bas d’armoires et encoignures furent produites en grand quantité. En matière de décorations, la façade des commodes Louis XVI est souvent encore pensée comme une unité, à savoir que la division entre les tiroirs, loin d’être marquée, est le plus souvent cachée. En ce qui concerne les poignées de tirage, celles-ci sont très fréquemment constituées d’un anneau à motif de couronne disposé sur une plaque circulaire parfois ornée d’une rosace.


Circa : 1880
Dim: L:84cm, P:47cm, H:85cm.

Retour en haut