Français English Chinois

Antiquités & Arts Décoratifs

» » » Confiturier en cristal de Montcenis Le Creusot, époque Charles X
Confiturier en cristal moulé de Montcenis Le Creusot reposant sur un fût en bronze doré figurant un putto ailé tenant une corne d'abondance. Il est agenouillé sur une base...
Zoom

Confiturier en cristal de Montcenis Le Creusot, époque Charles X

- 1999

Confiturier en cristal moulé de Montcenis Le Creusot reposant sur un fût en bronze doré figurant un putto ailé tenant une corne d'abondance.

Il est agenouillé sur une base carré à gradins, finement ciselée de feuilles d'eau. Bague en bronze doré, ornée de motifs feuillagés. Couvercle sommé d'une prise en forme de rose. Époque Charles X.

 

Montcenis n'était qu'un hameau jusqu'en 1781, date à laquelle il fut décidé d'y débuter la construction de la fonderie royale, première usine métallurgique d'Europe à produire de la fonte "au coke", selon une technique anglaise. L'information parvient à MM. Lambert et Boyer, en charge d’édifier à Sèvres une manufacture de verre, où couler le cristal à la façon anglaise. Étant entravés dans leur entreprise par le coût élevé du transport de charbon jusqu'à la manufacture de Sèvres, ils abandonnèrent cette ville et décidèrent en 1782 de venir à Montcenis où l’on vit surgir la Manufacture des Cristaux de la Reine de Montcenis. Les bâtiments sont construits en 1786 suivant les plans de l'architecte Barthélemy Jeanson. C'est l'embryon de la ville du Creusot : dès 1787, le Conseil d’État ordonne le transfert de la Manufacture des Cristaux de la Reine au Creusot, près de Montcenis, en Bourgogne. La manufacture est immédiatement réunie aux fonderies royales de Montcenis et d'Indret, société partagée entre les sociétés Lambert, Boyer et Cie, Périer, Bettinger et Cie, et le roi Louis XVI. La manufacture des cristaux de Montcenis au Creusot a été récompensée à deux reprises aux Expositions des produits de l’industrie française, en 1801 et 1802. A partir de 1806, son administrateur, Benjamin-François de la Douespe du Fougerais (1766-1821) devient le principal fournisseur de verrerie de l’Impératrice. Il fournit abondamment également, tant la Maison de l‘Empereur, que celle de la reine Hortense. Mais suite à des difficultés financières, des querelles de succession et la forte concurrence de Baccarat, en 1832 la manufacture est achetée par les cristalleries de Saint-Louis et Baccarat qui font éteindre les fours et s'entendent pour supprimer ainsi un redoutable concurrent.


Circa : 1820
Dim: L:14cm, P:14cm, H:31cm.
 

Scannez le code pour accéder à cet article sur votre mobile
Exporter en pdf
Quantité 
+
-
En stock OBJET DISPONIBLE

3,100€

Epoque

Ordre de prix


Informations
Mon Panier
Aucun article
TOP des ventes
Boite en opaline XIXe siècle
400€
Paire de cassolettes en cristal et bronze doré d'époque Restauration
2,600€
Voir le top ventes complet
chqkdo
bouton-recommander-ami
bouton-livredor
Affiliation