Mon panier
Aucun article
» » » Danseur napolitain de Francisque Joseph DURET (1804-1865)
Épreuve en bronze a patine brune représentant Le danseur napolitain de Francisque Joseph Duret. Il repose sur une petite base circulaire parsemée de coquillages. Signée en creux sur la base...
Zoom

Danseur napolitain de Francisque Joseph DURET (1804-1865)

Référence - 1723

Épreuve en bronze a patine brune représentant "Le danseur napolitain" de Francisque Joseph Duret. Il repose sur une petite base circulaire parsemée de coquillages. Signée en creux sur la bas

VENDU
Contactez-nous

Epoque / Style

Matériaux

Note moyenne : 0 avis
Description
Notes et avis

Épreuve en bronze a patine brune représentant le Danseur napolitain de Francisque Joseph Duret. Il repose sur une petite base circulaire parsemée de coquillages. Signée en creux sur la base : F. Duret et Delafontaine.

 

Sculpteur français, Francisque Duret (Paris, 1804-1865) se réclame de l'antiquité classique perçue à travers la Renaissance florentine. Fils du sculpteur François-Joseph Duret, il entre à l’Ecole des beaux-arts en 1818 et remporte le Prix de Rome en 1823 pour la Douleur d'Évandre en présence du corps de son fils Pallas. De Rome, Duret effectue plusieurs envois : Le Berger de Virgile, Sapho retenant Phaon ou encore Mercure inventant la lyre qui est présenté au Salon de 1831. C'est au cours d'un voyage à Naples qu'il imagine l'un de ses bronzes les plus célèbres, Jeune pêcheur dansant la tarentelle qui est exposé au Salon de 1833 (Musée du Louvre). De très nombreuses réductions en ont été tirées. Le Danseur napolitain, présenté au Salon de 1838 comme pendant du Jeune pêcheur, a fait, lui aussi, l'objet d'éditions en bronze. Plusieurs versions du thème du danseur napolitain sont connues à ce jour: Danseur napolitain (Montpellier), Jeune pêcheur dansant la tarentelle (Aix-en-Provence, Montpellier, Paris), Danseur napolitain aux castagnettes (Nîmes) ou encore Danseur napolitain au tambourin (Nîmes).

 

Concernant Delafontaine, on trouve trace, dès le 18ème siècle, d'une fonderie de bronze dirigée par un certain Jean Baptiste Maximilien Delafontaine, né en 1750. Son fils Pierre Maximilien (1774-1860) lui succède puis le fils de celui-ci, Auguste Maximilien Delafontaine. Dans les années 1840, le magasin d'exposition se trouve au 46 de la rue Bonaparte puis déménage pour le 10 rue de l'Université en 1860. Cette période est la plus féconde pour cette maison qui n'a d'autre activité que l'édition, les opérations de fonderie étant en effet confiées à la fonderie Molz, située rue de Rennes. Récupérant vers 1855 les contrats signés entre Duret et le fondeur Quesnel, Delafontaine éditera de nombreux bronzes de cet artiste - dont le Danseur napolitain, ainsi que ceux de nombreux autres artistes, dont Pradier est le plus connu. En 1884, Henri Maximilien succède à Auguste Maximilien et ajoute au catalogue quelques nouveaux artistes comme Cavelier, Elias Robert, Guillaume, Mathurin Moreau, et des collections d'animaux par Barye et Jacquemart, ainsi que quelques réductions de statues de l'antiquité, de la Renaissance, des 17ème et 18 siècles. Henri Maximilien se retire en 1905 et vend son affaire.

 

Bibliographie : Pierre Kjellberg, Les bronzes du XIXe siècle, Paris, Editions de l'Amateur, reprod. p. 305.
 

 

Circa : 1860
Dim: L:16cm, P:10cm, H:44cm.
 

Retour en haut
Description
Notes et avis

Avis des internautes sur Danseur napolitain de Francisque Joseph DURET (1804-1865) (0 avis)

pixel_trans
Il n'y a actuellement aucun avis pour cet article, soyez le premier à donner le votre.
pixel_trans
pixel_trans
[Ajouter votre commentaire]
Retour en haut
Ce site utilise des cookies destinés à optimiser votre expérience sur ce site et à vous proposer des offres correspondant à vos centres d’intérêt. En naviguant sur ce site, vous consentez à l’utilisation de ces cookies.
J’ai compris