Français English Chinois

Antiquités & Arts Décoratifs

Sculpture animalière

Bulletin des Arts Décoratifs

Février 2011

 

 

 

 

 

 

La sculpture animalière

et les arts décoratifs au XIXe siècle

Le mouvement romantique, outre son influence déterminante en sculpture sur le portrait et le traitement de certains types de sujets, favorise l’émergence d’un genre particulier: la sculpture animalière.

 

 

Les animaux fascinent les romantiques car ils représentent le monde de la nature avec ce qu’il comporte de violence et de présence du sensible. Les sculpteurs animaliers poursuivent une voie déjà ouverte par les peintres anglais et reprise avec Géricault, Horace Vernet et les romantiques des années 1820.

 

L’œuvre d’Antoine-Louis Barye se situe à l’apogée du genre et ce dernier entraine dans son sillage de nombreux sculpteurs tels qu’Alfred Barye, son fils, ou encore Pierre-Jules Mène et son gendre Auguste Cain désigné comme le statuaire des lions et des tigres, qui avait fait de la représentation de ces fauves sa spécialité.

 

 

En dépit, de la réticence du milieu académique pour qui le monde animal appartient aux arts mineurs, les critiques et le public ne tarissent pas d’éloges sur cette production qui influence nettement les arts décoratifs.

 

Antoine-Louis Barye contribue à la création de pièces d’orfèvrerie dans le courant animalier. En effet, Fourier, chez qui il entre en apprentissage à l’âge de quatorze ans travaille pour des orfèvres auxquels il fournit des matrices servant à fabriquer des repoussés.

 

 

Dans cet atelier, Barye observe la réalisation des tabatières en or, commandées par Napoléon Bonaparte à l’orfèvre Martin Guillaume Biennais et destinées à ses hôtes de marque.

 

En 1820, Antoine Louis Barye est employé chez l’orfèvre Jaques-Henri Fauconnier, élève d’Odiot, qui est alors au sommet de sa réussite, jouissant de la protection du duc d’Angoulême et de la duchesse de Berry.

 

 

Au vu de sa formation et au grès des commandes, Antoine-Louis Barye a donc réalisés de nombreuses pièces d’orfèvrerie, telles que des encriers, des garnitures de cheminées et des candélabres.

 

Les sculpteurs animaliers à l’exemple d’Antoine-Louis Barye ont produits de nombreux objets décoratifs.

 

 

 

 

Apparaissent ainsi de nombreux objets d’art reprenant le répertoire animalier : cigognes, tortues, lézards, grenouilles se développent sur les flambeaux, les candélabres ou encore les coffrets, traduisant chacun à leur manière l’élan romantique qui parcourt l’Europe au XIX° siècle.

 

 

 

 

 

Bibliographie :

- Michel Poletti, Alain Richarme, Barye : catalogue raisonnée des sculptures, éd. Gallimard, Paris, 2000

- Charles Saunier, Barye, éd. F Rieder & Cie, Paris, 1925

- Collection complète des bronzes d’art de P-J Mène et de A Cain, sujets de chasse – animaux, éd. Susse Frères, Paris, 1907

 

 

Pierre Jules Mene

 

Prix: € 3,600 / $ 4,370

Auguste Cain

 

Prix: € 2,600 / $3,150

 

 
 
 

 


Informations
pixel_trans
  Informations
       - A propos
       - Nous contacter
       - Actualités
       - Visite virtuelle
       - Livraison
       - Notre garantie
       - Documentation
         - Le style Napoléon III
         - Le style Louis-Philippe
         - Le style Restauration
         - Le style Empire
         - Le style Directoire
         - Le style Louis XVI
         - Le style Transition
         - Le style Louis XV
         - Bronzes d'édition
         - Argenterie française
         - Jacob Petit et la porcelaine de Paris
         - Verrerie d'époque Restauration
         - Pendule Romantique
         - Sculpture animalière
       - Vidéos
       - Temoignages
pixel_trans
Mon Panier
Aucun article
chqkdo
bouton-recommander-ami
bouton-livredor
Affiliation