Mon panier
Aucun article
» » » Flacon en opaline bleue à décor Desvignes, époque Charles X
Petit flacon en opaline bleu turquoise et son bouchon boule. Une couronne de roses, d'anémones et de myosotis peinte en or et bleu foncé orne le pourtour de la...
Zoom

Flacon en opaline bleue à décor Desvignes, époque Charles X

Référence - 4059

Petit flacon en opaline bleu turquoise et son bouchon boule. Une couronne de roses, d'anémones et de myosotis peinte en or et bleu foncé orne le pourtour de la...

1 600€
OBJET DISPONIBLE
Contactez-nous
Ajouter au panier

Frais de Port Offerts

Matériaux

Taille

Iconographie

Description

Petit flacon en opaline bleu turquoise et son bouchon boule. Une couronne de roses, d'anémones et de myosotis peinte en or et bleu foncé orne le pourtour de la panse. Ce motif floral est encadré de raies d'or et, dans la partie basse, d'une frise de feuilles stylisés et de petits motifs étoilés. De filets dorés soulignent le corps et le col de ce flacon tandis que son bouchon est sommé d'une rosace et de pétales. D'une extrême finesse, ce décor fut exécuté par l'atelier de Jean-Baptiste Desvignes. Légères usures à l'or.

 

Vers 1820, les progrès techniques de l’industrie du verre marquent l’histoire de l’opaline qui voit surgir de nouvelles formes et décors. C’est à cette période que les vases dits cornets, les flacons ronds à bouchons boules, les bonbonnières, les caves à odeur et autres objets de fantaisie font leur apparition. Les montures en bronze sont finement ciselées de motifs communs pour la plupart à la Restauration et à l’Empire tels que le dauphin, le cygne, les colombes ou les pigeons buvant dans une coupe. Toutefois, grâce à la cristallerie de Creusot la taille d’une grande simplicité sur les pièces anciennes, se répand et se complique. Dans ce contexte, Jean-Baptiste Desvignes, peintre et doreur sur verres, cristaux et porcelaines,trouve le moyen de peintre sur opaline. Il se sert de feuilles d'or ou d'argent et de couleurs uniquement végétales qu'il colle sur le cristal d'opale. Les tons mats se limitent au bleu sombre et au rouge. La dorure domine, sous forme de motifs aux dessins clairs et fins en palmettes, fleurettes, guirlandes.

 

Bibliographie: Edith Mannoni, Opalines, Paris, Editions Ch. Massin, pp. 31-43 ; J. Bedel, « Cristal aux couleurs romantiques... l'Opaline », L'Estampille/L’Objet d’art, 1975, n°63, p 23.

 


Circa : 1820
Dim: L:10cm, P:10cm, H:12cm.

Retour en haut
Ce site utilise des cookies destinés à optimiser votre expérience sur ce site et à vous proposer des offres correspondant à vos centres d’intérêt. En naviguant sur ce site, vous consentez à l’utilisation de ces cookies.
J’ai compris