Mon panier
Aucun article
» » » Paire de Porte Torchères Italiens en bois polychrome du XVIIIème siècle.
Paire de Porte Torchères Italiens en bois polychrome du XVIIIème siècle.
Zoom

Paire de Porte Torchères Italiens en bois polychrome du XVIIIème siècle.

Référence - 1055

Une paire de torchères en bois polychrome représentant deux indiens noirs du Nouveau Monde avec des couvre chefs et des jupons en plumes, des carquois avec des flèches dans le...

VENDU
Contactez-nous

Epoque / Style

Matériaux

Description

Paire de Porte Torchères en bois polychrome

Une paire de torchères en bois polychrome représentant deux indiens noirs du Nouveau Monde avec des couvre chefs et des jupons en plumes, des carquois avec des flèches dans le dos et portant d'une main un plateau à décors végétaux. Ils se tiennent debout sur une base tripode à pieds recourbés.La vogue de l'exotisme qui s'est manifestée très tôt au XVIIIème siècle, avec tout ce qui venait d'Extrême Orient, se poursuit à la fin du siècle et au début du XIXème siècle, avec tout ce qui vient d'Afrique et d'Amérique. La publication des aventures de Robinson Crusoé de Daniel Defoe en 1719 puis de Paul et Virginie de Bernardin de Saint Pierre en 1788 vont diffuser l'image du bon sauvage vivant dans une nature idyllique non pervertie par l'homme blanc. De nombreux objets décoratifs représentent ce thème, confondant à la fois le noir d'Afrique, le noir esclave en Amérique du nord et l'indien d'Amérique. La distinction se fait grâce à l'iconographie, lorsque le personnage porte un bandeau sur le front il vient d'Afrique et quand il est couronné de plumes, c'est un indien d'Amérique.La mode pour ces bons sauvages dure jusqu'au XIXème siècle notamment avec la diffusion d'Atala de Chateaubriand, publié en 1801 qui connut un immense succès et fût réédité cinq fois.
Circa : 1730
Dim: L:50cm, P:50cm, H:137cm.
Bibliographie :P. Kjellberg, Encyclopédie de la pendule française, du Moyen Age au XIXème siècle, Paris, 1997, ed. de l'Amateur, p342E. Schlumberger, L'heure exotique, in Connaissance des arts, Paris, 1978, n°318, p 30

Retour en haut
Ce site utilise des cookies destinés à optimiser votre expérience sur ce site et à vous proposer des offres correspondant à vos centres d’intérêt. En naviguant sur ce site, vous consentez à l’utilisation de ces cookies.
J’ai compris