Français English Chinois

Antiquités & Arts Décoratifs

» » » Rare paire d'écrans à main pare-étincelles XIXe siècle
Rare paire d'écrans pare-étincelles de type polylobé à bord cintré, au manche en ivoire et applique en carton peint présentant sur une face des scènes orientales, très en...
Zoom

Rare paire d'écrans à main pare-étincelles XIXe siècle

- 1774

Rare paire d'écrans pare-étincelles de type polylobé à bord cintré, avec manche et applique en carton peint présentant sur une face des scènes orientales, très en vogue à partir de 1830, et sur l'autre face, des paysages. Ces décors sont illustrés dans un style naturaliste, avec ce goût pour les détails pittoresques et l'exotisme qui caractérisent la production des peintres orientalistes. Les manches sont très finement sculptées de feuillages. Supports en bois noirci. Petit éclat sur la manche.

 

L’écran à main, ou écran de visage ou écran à feu, est un accessoire domestique permettant à celui ou à celle qui se tient près d'une cheminée de se protéger le visage de l’ardeur du feu. Son usage se développe en Europe en parallèle de l’éventail dont il est une variante. Cependant, l'écran à main n'est pas un accessoire relevant de la parure. Il appartient au monde clos des boudoirs et des petits appartements. Constitué de matériaux naturels, sa fabrication devient particulièrement importante en France dès le XVIIe siècle. Sa forme est ronde, la plupart du temps, et l'écran, où plusieurs cartouches lui sont associés, tourne sur un axe pour faire défiler texte et images. Des dessinateurs, des graveurs, aussi célèbre que Abraham Bosse, Jean Le Pautre ou François Chauveau, des éditeurs et des marchands d’estampes contribuent à son succès par la qualité des ornements qu'ils proposent. Au XVIIIe siècle, il perd son principe de rotation sur un axe. Il est composé d'un petit manche en bois ou en os, dans la fente duquel est glissée une feuille de carton fixée à celui-ci par deux petits clous. Il se pare de sujets gouachés ou de gravures. Certains éditeurs se distinguent comme Petit, rue du Petit-Pont à Paris, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, et la Maison Huquier au XIXe siècle. L'iconographie des écrans à main est vaste, avec notamment des vues pittoresques des principaux édifices accompagnées de leur explication, des cartes de géographie, la relation d'événements historiques ou de scènes édifiantes, des fables mais aussi des sujets empruntés au théâtre.

L’écran à main est un objet rare. De fabrication modeste, diffusé en grande quantité, le plus souvent réalisé par des artistes anonymes, il avait pour vocation d'être jeté au feu dès qu'il présentait des signes d'usure. Et, contrairement aux éventails, les écrans n'ont pas retenu l'attention des institutions publiques de conservation et n'ont, de ce fait, bénéficié jusqu’à très récemment, d'aucune politique d'exposition ou d'acquisition systématique.
 


Circa : 1830
Dim: L:20cm, P:cm, H:39cm.
 

Scannez le code pour accéder à cet article sur votre mobile
Exporter en pdf
Quantité 
+
-

OBJET DISPONIBLE
1,200€


Informations
Mon Panier
Aucun article
TOP des ventes
chqkdo
bouton-recommander-ami
bouton-livredor
Affiliation