Français English Chinois

Antiquités & Arts Décoratifs

» » » Sculpture en bronze "La jeunesse effeuillant des roses" d'après Aimé Millet (1819-1891)
Sculpture en bronze La jeunesse effeuillant des roses d'après Aimé Millet (1819-1891)
Zoom

Sculpture en bronze "La jeunesse effeuillant des roses" d'après Aimé Millet (1819-1891)

- 2442

Sculpture en bronze à patine brune d'après "La jeunesse effeuillant des roses" d'Aimé Millet. Elle représente une jeune femme drapée à l'antique tenant des fleurs dans une main et levant l'autre dans un geste de semence. Elle porte sur son bras droit un bracelet en bronze doré. Signée "Aimé Millet" en creux, sur la base. Cachet du fondeur "AB Paris". Épreuve ancienne d'époque Napoléon III.

 

Circa : 1870
Dim: L:11cm, P:18cm, H:44cm.

 

Rapport de condition

En très bon état, avec légère usure de la patine sur la base.

 

Documentation

La statue en pierre de "La jeunesse effeuillant des roses" a été réalisé en 1862 pour la sépulture d'Henri Murger (1822-1861), auteur de "Scènes de la vie de Bohème", au cimetière de Montmartre. Le modèle aurait été un des personnages de ce roman, la Musette. Le modèle demi grandeur en bronze de cette statue a été présenté au Salon de 1863 et le modèle original attribué en 1891 au musée d'Amiens.

 

Aimé Millet (1819-1891) est un sculpteur français actif dans la seconde moitié du 19ème siècle. Fils du miniaturiste Frédéric Millet, il débute dans l’atelier de Viollet-le-Duc et passe par l’École des Arts décoratifs avant d’entrer à l’École des Beaux-arts en 1836. Il suit l’enseignement de David d'Angers. Aimé Millet expose au Salon de 1840 un "Jeune pâtre pleurant son chevreau". Pour le Louvre, il reçoit plusieurs commandes : "Louvois", "La Vigilance", "Mercure" et "Amazone". Il travaille pour les églises de Saint-Vincent-de-Paul, de Saint Etienne du Mont et de Saint Augustin. Il est régulièrement présent au Salon et il obtient des succès à plusieurs reprises avec "Ariane" (1857), "La Jeunesse effeuillant des roses" (1862), "Cassandre" (1877). Il réalise la monumentale statue d’Apollon installée sur le toit de l’Opéra de Paris, la Seine et la Marne qui encadrent l’horloge de l’Hôtel de Ville de Paris. Il réalise nombre d’œuvres funéraires pour Murger, Vernhet de Laumière, Bouteville, Jules Noriac, Marie Edmond Valentin, Amélie de Montpensier (Séville), don José Rocafuerte (Equateur). A Paris, on peut voir aussi deux œuvres monumentales : Phidias au Jardin du Luxembourg et l’Amérique du Sud sur le parvis du Musée d’Orsay. Il remporte une Médaille première classe au Salon de 1857, une autre Médaille de première classe aux Expositions universelles de 1867 et de 1878 et une médaille d'or à l’Exposition universelle de 1889. Millet est décoré de la Légion d'honneur en 1859 et promu officier en 1870. Il est nommé professeur à l'École des arts décoratifs en 1870.

Scannez le code pour accéder à cet article sur votre mobile
Exporter en pdf
Hors stock OBJET VENDU


Informations
Mon Panier
Aucun article
chqkdo
bouton-recommander-ami
bouton-livredor
Affiliation