Mon panier
Aucun article
» » » Sculpture en bronze "Les bergers d'Arcadie" d'Eugène Aizelin, fondeur Barbedienne
Groupe en bronze à patine brune nuancée représentant un berger et une jeune femme drapés à l'antique, près d'un tombeau. Le berger porte un chapeau tissé et tient...
Zoom

Sculpture en bronze "Les bergers d'Arcadie" d'Eugène Aizelin, fondeur Barbedienne

Référence - 2266

Groupe en bronze à patine brune nuancée représentant un berger et une jeune femme drapés à l'antique, près d'un tombeau. Le berger porte un chapeau tissé et tient...

VENDU
Contactez-nous

Epoque / Style

Matériaux

Description

Groupe en bronze à patine brune nuancée représentant un berger et une jeune femme drapés à l'antique, près d'un tombeau.

Le berger porte un chapeau tissé et tient dans une main le bâton de berger recourbé, posé sur un épitaphe portant une inscription en Grec ancien. Le tombeau de section carrée comporte une inscription partielle, elle aussi en Grec. L'ensemble repose sur une base rectangulaire à ressaut. Signé et daté en creux sur la colonne : "Ene. AIZELIN 1867". Fondeur Barbedienne, et cachet de réduction mécanique A. Collas.

 

Le sujet de notre bronze renvoie à une toile célèbre du peintre Nicolas Poussin (1594-1665), notamment à sa deuxième version réalisée vers 1638-1640 et intitulée "Et in Arcadia Ego". Connue aussi sous le nom "Les Bergers d'Arcadie", elle a eu une influence majeure dans l'histoire de l'art. Ce tableau est une peinture pastorale représentant une femme et trois bergers idéalisés de l'Antiquité classique réunis autour d'un tombeau. La signification du sujet est donnée par l'inscription Et in Arcadia ego figurant sur le tombeau : "Même en Arcadie, moi, la Mort, j'existe.'' L'Arcadie était, pour les poètes de l'Antiquité, une sorte de paradis terrestre, un monde idyllique, enchanté, de parfaite félicité. La locution latine est un memento mori ("Souviens-toi que tu es mortel") et veut dire que, même dans un pays idéal, nul n'échappe au destin des mortels.

 

Élève de Ramey et de Dumont à l'École des beaux-arts en 1844, Eugène Aizelin (Paris, 1821-1902) expose régulièrement au Salon de 1852 jusqu'en 1897 et encore à l'Exposition universelle de 1900. Parmi ses sujet bibliques et mythologiques, des scènes de genre, des personnages d'opéra et des effigies de saints. Ferdinand Barbedienne a édité en bronze un assez grand nombre d'oeuvres de ce sculpteur.


Circa : 1870
Dim: L:26cm, P:20cm, H:52cm.
 

Retour en haut
Ce site utilise des cookies destinés à optimiser votre expérience sur ce site et à vous proposer des offres correspondant à vos centres d’intérêt. En naviguant sur ce site, vous consentez à l’utilisation de ces cookies.
J’ai compris