Français English Chinois

Antiquités & Arts Décoratifs

» » » Sujet en bronze d'après l'autoportrait de Madame Vigée-Lebrun avec sa fille, Julie
Groupe en bronze à patine brune d'après l'autoportrait avec sa fille Jeanne-Lucie-Louise dite Julie, réalisé par Elisabeth Vigée Le Brun en 1789 et conservé au Musée...
Zoom

Sujet en bronze d'après l'autoportrait de Madame Vigée-Lebrun avec sa fille, Julie

- 2196

Groupe en bronze à patine brune d'après l'autoportrait avec sa fille Jeanne-Lucie-Louise dite Julie, réalisé par Elisabeth Vigée Le Brun en 1789 et conservé au Musée du Louvre.

Il repose sur une base en marbre rouge à gradins. Titré sur la base. Époque XIXe siècle. Très bon état.

 

En 1786, Elisabeth Vigée Le Brun réalise un autoportrait avec sa fille, exposé au Salon de 1787. Le tableau touche à ce point le public par la véracité des sentiments représentés qu'il est rapidement surnommé « La Tendresse maternelle ». Dans le sillage de ce succès et à la demande du comte d'Angiviller, directeur général des Bâtiments du Roi, l'artiste peint en 1789 une variante en costume grec tout aussi réputée. Si ces deux portraits ont frappé en leur temps, c'est qu'ils cristallisent le changement qui s'opère alors dans les mentalités concernant la place de la mère et la conception de l'amour maternel. Depuis le milieu du siècle s'observe un engouement global pour tout ce qui touche la « Nature » : développement sans précédent des sciences naturelles, intérêt pour la vie des populations « sauvages » découvertes lors des voyages d'exploration du globe. L'expressivité de sentiments que l'on s'évertuait jusqu'alors à cacher entre dans ce mouvement général. En société, en art comme en littérature, l'émotion, notamment sous sa forme larmoyante, occupe une place majeure. Cette construction très culturelle de la Nature a des conséquences sur la perception du sentiment maternel, désormais considéré comme « instinctif ». La mère et l'amour qui l'attache à son enfant sont glorifiés par la société. Les poses tendrement enlacées dans les portraits de Vigée Le Brun avec sa fille matérialisent le double sentiment d'amour et de protection de la mère pour l'enfant. Modèle récurrent des tableaux de sa mère, Julie est saisie au plus juste dans la spontanéité de ses gestes enfantins, retournée avec une impression de légère surprise dans le premier tableau, d'une charmante gaité dans le second. Le tableau de 1789 qui a servi de modèle à notre bronze, "Madame Vigée-Lebrun et sa fille, Jeanne-Lucie-Louise, dite Julie" est conservé au Musée du Louvre, à Paris.


Circa : 1850
Dim: L:35cm, P:21cm, H:56cm.

Scannez le code pour accéder à cet article sur votre mobile
Exporter en pdf
Quantité 
+
-
En stock OBJET DISPONIBLE

4,400€

Epoque

Matériaux

Ordre de prix


Informations
Mon Panier
Aucun article
TOP des ventes
Sculpture en bronze Amour portant le carquois
800€
Voir le top ventes complet
chqkdo
bouton-recommander-ami
bouton-livredor
Affiliation