Mon panier
Aucun article
» » » Vénus sortant du bain d'après Christophe-Gabriel ALLEGRAIN (1710-1795)
Sculpture en bronze à patine brune et dorée d'après Vénus sortant du bain, dite aussi La Baigneuse de Gabriel-Christophe Allégrain (Paris, 1710-1795).   L'original en marbre de goût...
Zoom

Vénus sortant du bain d'après Christophe-Gabriel ALLEGRAIN (1710-1795)

Référence - 1732

Sculpture en bronze à patine brune et dorée d'après "Vénus sortant du bain", dite aussi "La Baigneuse" de Gabriel-Christophe Allégrain (Paris, 1710-1795).

L'original en marbre de goût...

VENDU
Contactez-nous

Epoque / Style

Matériaux

Note moyenne : 0 avis
Description
Notes et avis

Sculpture en bronze à patine brune et dorée d'après "Vénus sortant du bain", dite aussi "La Baigneuse" de Gabriel-Christophe Allégrain (Paris, 1710-1795).

L'original en marbre de goût néoclassique a été commandé en 1755 par le marquis de Marigny (1727-1781), directeur général des Bâtiments du roi, pour son château de Choisy-le-Roi. Le modèle en plâtre est présenté au Salon de 1757 et la statue en marbre au Salon de 1767 où elle est remarquée par Denis Diderot qui en laisse un commentaire célèbre : « Belle, belle, sublime figure ; ils disent même la plus belle, la plus parfaite figure que les modernes aient faite [...] Les belles épaules, qu'elles sont belles, comme ce dos est potelé, quelle forme de bras, quelles précieuses, quelles miraculeuses vérités de nature dans toutes ces parties ». Il s'agit de la première commande importante passée au sculpteur. Allegrain s'est sensiblement inspiré d'un petit bronze du sculpteur maniériste Jean de Bologne, "Baigneuse posant le pied sur un vase de parfum", reprenant la ligne sinueuse du corps, les épaules tombantes, la poitrine haute et la coiffure composée de nattes sophistiquées. La sculpture est acquise par Louis XV qui l'offre le 12 avril 1772 à sa favorite, la comtesse Du Barry (1743-1793) qui l'installe dans le parc de son château de Louveciennes. L'original est actuellement conservé au Musée du Louvre.

 

Cette édition en bronze a été réalisée au XIXème siècle, par le bronzier parisien Graux-Marly Frères (marque en creux, sur la base : GRAUX-MARLY FRERES / PARIS). La Maison Graux-Marly, fondée en 1845, était établie au 8, rue du Parc Royal, en 1862. Elle fabriquait des sculptures et des objets d'ameublement. Elle remporta une médaille de bronze à l'Exposition Nationale des Produits de l'Industrie de 1849 et une médaille de première classe à l'Exposition universelle de 1855. Elle fut dissoute en mai 1890.

 

Bibliographie : Michèle Beaulieu, "Une étude d'Allegrain pour la Vénus au bain", in BSHAF, 1955, pp. 59-62 ; Base Joconde - Portail des collections des musées de France.

 


Circa : 1860
Dim: L:19cm, P:20cm, H:58,5cm.

Retour en haut
Description
Notes et avis

Avis des internautes sur Vénus sortant du bain d'après Christophe-Gabriel ALLEGRAIN (1710-1795) (0 avis)

pixel_trans
Il n'y a actuellement aucun avis pour cet article, soyez le premier à donner le votre.
pixel_trans
pixel_trans
[Ajouter votre commentaire]
Retour en haut
Ce site utilise des cookies destinés à optimiser votre expérience sur ce site et à vous proposer des offres correspondant à vos centres d’intérêt. En naviguant sur ce site, vous consentez à l’utilisation de ces cookies.
J’ai compris